Feu Shana aux cheveux de feu

Par Le Mamelouk
Couverture d'un art-book de Noizi Ito

Je mets une belle image pour attirer le chaland, tout en sachant qu’elle n’est pas du tout représentative de l’anime Shakugan no Shana, sorti en 2005 et s’étalant sur 24 épisodes comme une tache de gras sur votre t-shirt de geek. La comparaison est peu flatteuse, mais c’est voulu. Plongeons-nous dès à présent dans cet univers si… si… dans cet univers ci-après.

Cette série m’intriguait, et ce pour plusieurs raisons. D’un côté, un ami (qui se reconnaîtra) qui m’incite à la visionner, ne serait-ce que pour une réplique maintenant très connue de l’héroïne, que l’on pourrait traduire en français par « Ta boîte à camembert » répétée trois fois très vite. D’un autre, un chara-design créé par Noizi Ito, qui je le rappelle est à l’origine de celui de La Mélancolie de Haruhi Suzumiya. Et enfin, des avis d’internautes ne jurant que par cet anime. Tant d’éloges pour cette série… Pourrait-on l’expliquer par une intrigue passionnante, une mise en scène rondement menée, des personnages charismatiques ?

À la question : cet anime est-il tout pourrave ? je répondrais sans aucun doute « Oui, c’est tout pourrave ! »

Le synopsos rapidis : c’est l’histoire d’un mec nommé Yuji, un peu loser, un peu niais, bref, le héros classique, qui se fait tuer par un vilain méchant mais pas complètement en fait, puisqu’il continue d’exister en tant que substitut de lui-même appelé Torche. Il a été sauvé par Shana la combattante aux cheveux de feu et au regard écarlate (ou vice versa), une Flame Haze qui combat les vilains. Bon, il n’a pas vraiment été sauvé puisqu’il est mort, mais il aurait pu être tué une seconde fois en tant que Torche. C’est d’ailleurs Shana qui voulait le re-tuer, mais elle l’a sauvé parce qu’en fait ce n’était pas une Torche normale ! Eh non, il s’avère que Monsieur est une Torche avec des pouvoirs spéciaux et que du coup il ne peut pas mourir alors qu’il devrait puisque les Torches normales elles meurent !
C’est clair non ? Comme il est spécial donc, Shana va vivre avec lui et même aller à son lycée, parce qu’elle a beau être une féroce combattante, elle a le même âge que lui. Et pas de seins.

Mais qu'est-ce que je fous dans un anime aussi merdique ?!

Après tant d’émoi, tranchons dans la carotide du sujet.

Le dizailleneu

Shakugan no Shana est à la base un roman, ou plutôt un light novel, c’est-à-dire un livre pas trop long destiné aux ados ou aux jeunes adultes, et souvent illustré.
Avec talent, dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, par l’illustratrice Noizi Ito.
Dans le livre, on a le droit à ça :

Tire mon doigt

Dans l’anime, on a des trucs comme ça :

J'ai vomi un peu.

Je n’ai rien à ajouter concernant ce point.

Cool story, Bro

Niveau scénario, passé les histoires de vilains mangeurs d’âmes et de Torche-cul, on tombe dans les banales amourettes de lycéens. Et il n’y pas que l’histoire qui ne casse pas des briques Lego®, les personnages manquent tout aussi cruellement d’originalité.

La tsundere plate comme un limande, la fille secrètement éprise (de catch) du héros, le triangle —voire le parallélogramme— amoureux, le héros pas sportif pour un sou qui veut sauver le monde quitte à se sacrifier, parce qu’il sent que c’est son devoir… Il a beau être une Torche, c’est pas une lumière. (Je suis fier de cette vanne.)

On peut ressentir à ce moment-là toute la détresse des scénaristes :

— Rhaaa c’est nul ! Seulement 2 épisodes et on a plus rien à raconter ! Il faut des nouveaux persos qui en jettent !
— Une maid !
— Je pensais plutôt à un justicier masqué.
— On n’a qu’à faire une maid masquée !

LOL !

— On n’a pas de loli ! Il en faut une impérativement ! (La planche à pain tsundere ne compte pas)
— On peut toujours ajouter des épisodes bouche-trous avec des ennemis qui servent à rien.
— Va pour une méchante loli nymphomane alors. Non, mieux, des frère et sœur, ça nous permet de faire de l’inceste ! Ça se vend bien, ça.

Sans commentaire...

Ils auront aussi pensé aux amateurs de poitrines généreuses avec une alcoolique et son livre parlant qui lance des blagues salaces.

Mais le clou du spectacle reste le nom donné au groupe de méchants des derniers épisodes : Bal Masqué !

Pourquoi Seigneur, POURQUOI ??!!

Mettre en scène des robots géants se battant à coup de planètes ou de galaxies passe encore (et passe même superbement bien), mais un truc pareil…

Je passe sur la fin qui est digne de celle de Mai Hime, c’est à dire nulle, mais ça vous l’aurez compris sans avoir vu au préalable cette série (qui est dans son ensemble bien meilleure que ce truc).

Elle va mourir ! C'est le moment de faire du hula hoop !

OAV (César)

Je me suis infligé, après cette saison pauvre en rebondissements (ceux de la poitrine de l’autre pimbêche mis à part), l’OAV intitulée sobrement Shakugan no Shana Tokubetsuhen: Koi to Onsen no Kougai Gakushuu! Certainement une manière pour les scénaristes de se rattraper sur un passage obligé à tout anime à la con qui se respecte : le voyage scolaire avec sources thermales ! Il existe bien sûr des variantes, tels que le festival du lycée, la séance à la plage, ou encore le festival estival (!).
Contrairement à la série, cet épisode ne se prend pas au sérieux, et c’est tant mieux. L’humour ne vole cependant pas très haut, mais ça reste rigolo.
J’arrête-là, tant de rimes ici-bas, c’est beau, poils au dos.

Mentionnons pour finir les OAV en chibi nommés Shakugan no Shanatan (enfin, les 4 micro-épisodes ont tous des noms différents, mais on s’en balance).

Comme c'est mignoooooooooon

Il s’agit de courts épisodes humoristiques (moins de 10 minutes) avec des blagues en dessous de la ceinture, et des running gag. Enfin quelque chose de bien ! Champagne !

Quand y’en a plus y’en reste plein !

Tel le virus H1N1, les trucs pourris se multiplient en général très vite, comme la moisissure par exemple. Ou les Skyblogs. Enfin, les Twitters, pour se mettre au goût du jour.
Vous voyez où je veux en venir ? Parce que ce n’est pas une série que nous offre J.C. Staff, mais un paquet d’OAV, et un film, et une deuxième saison ! Et tenez-vous bien : une troisième saison a même été annoncée !

Je suis au désespoir !!

En guise de conclusion, évoquons le péché mignon de Shana, le Melon Pan. Cet élément dispensable a sûrement été rajouté pour faire vendre aux otaques des pâtisseries à prix d’or, mais là n’est pas la question. Car vous pouvez faire vos Melon Pan vous-même avec cette recette proposée par l’otakommuniste Garric !

Personnellement, ma tentative fut un échec ; cette satanée pâte n’a jamais voulu monter, j’ai dû m’enfiler des étouffe-chrétiens pendant une semaine ! Bordel !
La cuisine, c’est définitivement une affaire de femme.

Les femmes connaissent leur place.

Tags : , , , , , ,

Une réponse à “Feu Shana aux cheveux de feu”

  1. #1

    Kabu dit :

    Ha ben voila, maintenant je me rappelle quel anime de merde je regardais à la place de H&C avant de m’y mettre…
    Une bien triste production que cet anime. Il n’a pour lui que le design des personnages (on sait à qui on le doit). Enfin la saison 1 a au moins le mérite de raconter un peu des trucs. La S2 (que j’ai réussi à m’infliger aussi) est en dessous de tout avec seulement DEUX épisodes ou il se passe quelque chose.

    Je reste persuadé que les romans peuvent être mieux foutu. Parce que c’est pas possible d’inventer un univers aussi vaste et tordu pour ne rien en faire comme dans cette adaptation.

Un commentaire ?